Google+

« Je n’aime pas le Farottage »
L’expérience personnelle du dramaturge Wakeu Fogaing sur les liasses d’argent jetées sur les artistes en spectacle dévalorise, explique-t-il, le créateur d’œuvre d’esprit

Cette année, une dame est venue nous voir à la compagnie Feugham parce qu'elle voulait qu'on prépare un spectacle pour une soirée le 08 mars, une soirée présidée par Monsieur le Gouverneur de la Région de l'ouest. Nous avons vu ensemble dans notre répertoire le spectacle qui pouvait convenir pour la soirée. Nous avons travaillé pour la reprise d'un spectacle qu'elle a trouvé bien. Quand nous avons parlé du
cachet à cette dame, elle nous a dit que nous devrons nous contenter du farottage qui est toujours consistant lors de pareilles cérémonies. Dans le budget colossal de la fête, il n'y avait rien pour le théâtre pourtant prévu au programme, elle nous a dit qu'aucun artiste devant prester ce soir n'aurait de cachet. Elle m'a vu scandalisé et était surprise de me voir dans cet état. Quand je lui ai demandé si elle accepterait de travailler si l'État décidait de supprimer son salaire, elle s'est levée et est partie sans plus dire un mot.

Le 27 mars était la journée mondiale du théâtre et j'ai pensé un peu à cette femme, au gouverneur qui a tous les avantages liés à son poste et s'amuse avec des artistes qu'il ne paie pas, à tous ceux qui pensent que nous sommes des mendiants à la solde d'un mot qui vient de prendre en otage le cachet des artistes en Afrique.

Depuis une décennie dans l’environnement africaine, un mal prend de l’ampleur et gangrène le milieu artistique et culturel. Ce fardeau de la médiocrité créative c’est le farottage. Dans toutes les manifestations de tous ordres maintenant, on retrouve des gens qui se mettent en spectacle en collant des billets de banque sur le front des artistes invités pour la circonstance et ou ceux qui s’improvisent artistes pour profiter de cette exhibition des valeurs. C’est le farottage.

Aux origines du « farottage »

Le terme ''Travaillement'' importé de Côte d’Ivoire comme porte d’entrée à la qualification et la légitimation de la pratique du « farottage » au début des années 2000

Cette maladie des valeurs est née après les indépendances chez les politiciens incompétents qui voulaient corrompre la population pour bénéficier des éloges qui allaient jusqu’à les déifier. Les députés nommés par le président de la république ou l’administration coloniale quittant les colonies allaient dans des campagnes avec des valises d’argents pour que leurs soient organisés des danses folkloriques et des rassemblements de réjouissances où l’argent était distribué par le porteur de la valise. C’était ça faire de la politique ! Ils se levaient et jetaient des billets sur les danseurs et les chanteurs qui rivalisaient d’adresse, rien que pour montrer aux spectateurs curieux leur générosité et leur bonté. Ils voulaient par cette utilisation égoïste de l’argent de l’État construire une puissance et une renommée. Plusieurs caisses noires de l’État étaient vidées de cette façon.

Au début des années 2000, ce qui était jusqu’alors l’apanage des financements occultes est entré en mode avec le coupé-décalé. On a parlé du « travaillement » (système instauré par Doug Saga où le musicien jette de l’argent sur ses spectateurs pendant les concerts) et du farottage (occasion pour les spectateurs de monter sur scène coller de l’argent sur l’artiste) comme de nouvelles trouvailles pour l’épanouissement du show-biz. Les disc-jokers se sont fait stars en compilant des mixages d’anciens tubes pour faire des shows dans des boîtes de nuit ; les musiques de variétés sont devenues des espaces d’appel au farottage et à une forme de défi des valeurs. Tous ceux qui se sont autoproclamés stars allaient faire des playbacks ici et là attendant pour seul salaire l’appel au farottage qu’ils feront au micro pendant leur tour de passage.

La musique a pris un coup de médiocrité ; chacun s’achète une boîte à rythme et compose à l’emporte-pièce des chansons dont la durée de vie est parfois d’une semaine. Tout simplement pour avoir l’occasion d’être star d’une soirée où sont présents des farotteurs. On donne le titre de « Papa » à un enfant tout simplement pour le séduire et tirer de lui un maximum de farottage. La griotique du bas-vendre a corrompu le milieu artistique ; plusieurs compositions dédiées à la première dame, plusieurs compositions dédiées à des ministres, préfets, gouverneurs, délégués du Gouvernement etc. On chante pour le parti au pouvoir, pour tel homme d’affaire et surtout sans soucis esthétique, tout simplement pour avoir le farottage de ces personnalités qui non seulement sont contentes de cette façon de faire, mais font grandir dans l’imagerie sociale une identité de mendiant qui caractérise désormais l’artiste africain.

Les raisons du farottage

A qui profite le farottage ? Wakeu Fogaing décrypte les motivations de l’acte de « farottage »

Force est de constater que même le président de la république pour lutter contre la pauvreté est allé farotter les habitants de Yaoundé lors de l’inauguration du bois saint-Anastasie. On ne prévoit plus dans l’organisation des cérémonies officielles un cachet pour les artistes mais on demande aux artistes de prester pour le farottage des autorités.

Même la ministre de la Culture favorise la mendicité des artistes en ne réclamant pas la part des cachets dans le budget des manifestations publiques. Le ministre farotte, dans les régions les gouverneurs farottent, les préfets dans les départements farottent, les sous-préfets, les maires,… tous gèrent de manière informelle et sans décharge des sommes d’argent qui pouvaient aider à la restructuration et à la revalorisation de l’art et de l’artiste africain.

A qui profite le farottage ? Pas à l’artiste en tout cas. Pas à l’art en général. Pourquoi celui qui farotte ne met pas cet argent dans une enveloppe pour le glisser à l’artiste à la fin de sa prestation ? Pourquoi doit-il mette un à un la liasse de billet qu’il prétend donner à l’artiste ? Pourquoi montre-t-il souvent la valeur du billet au public avant de le jeter à l’artiste ? Pourquoi certains jettent-ils l’argent au sol pour être content de voir l’artiste se courber pour ramasser ?

Celui qui farotte mendie auprès du public une popularité qu’il n’a pas encore, ou encore exhibe les signes extérieurs de la richesse, pendant que l’artiste mendie une qualité frelatée d’un art qu’il métrise de plus en plus mal à cause la dégradation des valeurs accordées aujourd’hui à l’artistique et aux créateurs.
J’ai assisté il y a trois ans sur la place parisienne à une grande soirée camerounaise où était invitée une icône de la musique Africaine des années 70, Pierre Didi Tchakounté. Plus de six mille euro pour la location de la salle, mille huit cent euro pour la sono. La fête était belle et le génie de la sanza nous a porté pendant plus d’une heure en live dans les galaxies de la musique africaine de valeur. Il a eu tout au long de sa prestation plus de deux mille euro de farottage. C’était pour moi un concert de qualité où j’aurais payé à cette soirée vingt euro sans me plaindre. Pourquoi pas le double ? Tellement l’artiste était une icône. Nous étions plus de mille quatre cents personnes dans cette salle. L’impresario a vanté au micro le mérite de l’organisation qui a fait venir ce grand nom de la musique.

Quand j’ai appris qu'à la fin de la soirée, le maître de la sanza était parti sans prendre les cinquante euro qu’on lui avait promis comme cachet, j’ai eu beaucoup de mépris pour les organisateurs et j’ai senti monter la honte, j'ai eu du mépris pour ceux qui ne savent pas le prix qu’on met dans la valorisation du beau et des personnes qui ont œuvré à la construction d’une tradition artistique.

Wakeu Fogaing
Compagnie Feugham
B.P. 349 Bafoussam Cameroun

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

     Nos Partenaires
 blackitude  Trust-for-Africa-work-art
Organe d'Information Culturelle et Touristique Panafricain en Ligne. HANOSCULTURES.COM remercie tous ses partenaires et annonceurs.
Contact: 00 237 22 80 68 63