Google+

Les danses et musiques patrimoniales du Cameroun sur scène
Près de 200 groupes de danses sont attendus dans le cadre du festival des danses et musiques patrimoniales du Cameroun (Fesmudap) qui entend magnifier le multiculturalisme à travers sons, rythmes, images…
image a la une fenac08 2
Fenac 2016, yaoundé, 07 novembre 2016  (www.hanoscultures.com)

Le Cameroun donne à voir son immense richesse culturelle en terme de production de rythmes, de sons et d’images du 02 au 06 juin 2017 dans la capitale Yaoundé. Près de 700 groupes de danse vont faire étalage des différentes formes d’expression corporelle et vocale inhérentes aux près de 250 groupes ethniques qui composent les quatre aires géographiques du Cameroun. Pendant 5 jours, le public aura à communier avec la diversité du génie culturel Camerounais.

Aux danses patrimoniales seront aussi associées et mises en vitrine les rythmes. Moment intéressant de découvrir par exemple la légendaire danse Bafia qui, disent les adeptes, se danse avec des avancées et des reculades. Par delà les rythmes, les sonorités des près de 700 ethnies seront écoutées dans leur psalmodie originelle. Une démarche qui convie naturellement à exhiber et explorer les vestimentaires dans lesquels se drapent les danseurs et qui rendent visibles les traits spécifiques, caractéristique de chaque ethnie, de chaque aire géographique.

Le Festival des danses et musiques patrimoniales du Cameroun (Fesmudap) qui se tient du 02 au 06 août 2017 au Musée national entend mettre sur scène cet immense patrimoine immatériel à travers danses, carnavals, exposition des instruments de musique patrimoniale, conférence-débats, ateliers d’initiation. Cette semaine culturelle revêt quatre dimensions qui sont celles de spectacles, de la valorisation des instruments de musique et de la philosophie de la conservation par le biais des ateliers d’initiation. Pour Narcisse Mouelle Kombi, le ministre des Arts et de la Culture, souligne qu’il est utile de garantir pour cette occasion, l’apprendre et le comprendre. Prenant graine sur les difficultés rencontrées avec les langues nationales dont quelques unes sont consignées sur la liste des langues nationales menacées de disparation.
   
Dans le cadre du développement du tourisme, au Minac, on soutient qu’il est opportun de rendre visible nos richesses culturelles qui pourraient devenir des éléments d’attraits pour des investisseurs. Et il est attendu au terme de ce festival, la publication d’un catalogue de danses et musiques patrimoniales.

Claudel Tchinda

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

     Nos Partenaires
 blackitude  Trust-for-Africa-work-art
Organe d'Information Culturelle et Touristique Panafricain en Ligne. HANOSCULTURES.COM remercie tous ses partenaires et annonceurs.
Contact: 00 237 22 80 68 63