Google+

Monument de la Réunification
Jusqu'en 1918, le Cameroun était sous protectorat allemand. A la fin de la Première Guerre mondiale, le Cameroun passe sous le régime de mandat international

  image article les belles images du cmr

 Monument de la Réunification du Cameroun

Le Cameroun est partagé en deux zones administrée séparément par la rance et la Grande-Bretagne. Faisons un peu d'histoire. Jusqu'en 1918, le Cameroun était sous protectorat allemand. A la fin de la Première Guerre mondiale, le Traité de Versailles signé le 28 juin 1919 place le Cameroun sous mandat international. Le Cameroun est partagé en deux zones administrée séparément par la rance et la Grande-Bretagne. Après la Deuxième Guerre mondiale, l'Organisation des Nations Unies (ONU) qui vient de remplacer la Société des Nations (SDN), place le 13 décembre 1946, le Cameroun sous-tutelle de la France et de la Grande-Bretagne.

Le 1er janvier 1960, le Cameroun sous administration française devient Indépendant. Le 1er octobre 1961, au terme d'un référendum organisé par le Nations Unies, la partie méridionale du Cameroun sous administration britanique, choisit de rejoindre la République Indépendante du Cameroun pour former la république Fédérale du Cameroun. Quant à la partie septentrionale du Cameroun, sous administration britanique, elle choisit d'intégrer la Fédération du Nigéria.

En 1972, la République Fédérale devient un État unitaire. Ce monument est édifié à Yaoundé. À Yaoundé, à proximité de l'ambassade de France et du ministère de la Défense, c'est une œuvre composite qui symbolise toute l'histoire de la formation du Cameroun, en particulier la réunification du Southern Cameroon et du Cameroun oriental en 1961, puis l'unification des républiques fédérées dans la République unie du Cameroun en 1972.

Œuvre de l'architecte français Salomon, du sculpteur camerounais Gédéon Mpando et du père jésuite Engelbert Mveng, le monument représente au premier plan un vieillard avec cinq enfants dans les bras, brandissant le flambeau national, symbole de liberté. Sur le plan symbolique, le fait que le flambeau soit porté par le vieillard et non par les enfants signifie qu'il faut éclairer le chemin de la tradition vers la modernité, transmettre la sagesse de la tradition ancestrale aux nouvelles générations.

Le monument principal représente deux serpents s'enroulant autour d'un pilier avec les têtes qui fusionnent au sommet. Cela symbolise la réunification des deux parties du Cameroun, l'une francophone et l'autre anglophone.

Fernand Ateba

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

     Nos Partenaires
 blackitude  Trust-for-Africa-work-art
Organe d'Information Culturelle et Touristique Panafricain en Ligne. HANOSCULTURES.COM remercie tous ses partenaires et annonceurs.
Contact: 00 237 22 80 68 63